Une cité antique en plein milieu du désert : Palmyre ou le magique oasis de la route de la soie
 

Premier constat simple à notre arrivée : chaleur. Pas moins de 30° C alors que nous ne sommes pas encore en été.

 

Deuxième constat : cette cité est incroyablement conservée malgré les violentes tempêtes de sable. Du même acabit que les pyramides d'Égypte par le grandiose du décor. 

 

 

 

Aucun constat.

 

 

 

Les rares personnes que nous croisons le jour de la visite sont des jeunes vadrouillant en chameau (l'équivalent de nos jeunes à nous qui pétaradent place de la république avec leurs mobylettes)

 

 

 

Après nous être un peu écarté du site, nous faisons une rencontre étonnante avec un bédouin berger. 

 

 

 

Puis un retour dans le village où nous dormons avec un taxi pas en reste sur la signalisation mais c'est vrai qu'être bien vu, c'est important.

 

 

Nous voilà arrivés aux photos de beaux gosses. 

Celle-ci pourrait tout à fait convenir pour une pub de parfum. on verrait bien Kouros pour ici...

 

 

... et Chamel n°5 pour celle-là.

 

(un peu lourdaud le jeu de mots ; c'est l'insolation)

 

 

Un petit bonhomme qui joue aux osselets.

 

 

 

 

Un gros bonhomme avec qui on ne jouerait pas aux osselets.

 

 

Une partie de cache-cache entre les colonnes. Elle a gagné. 

 

 

Des marches épuisantes dans le désert... Autant vous dire que les pauses sont ce qui il y a de plus chères au mondes. 

 

 

Vous êtes maintenant au courant pour la dernière photo du carnet. Elle est toujours émouvante et fait bien souvent pleurer. Il s'agit ici d'un majestueux coucher de soleil dans les dunes