Espace Presse

Un article intéressant sur la multiplication des sites qui diffusent des carnets de voyageurs. Pour les fainéants qui ne veulent pas lire l'article entier, nous avons gentiment surligné le passage nous concernant en rouge. Voir plus bas.

Le Net, auberge espagnole des voyageurs

Par Anne DALAINE

lundi 26 juillet 2004 (Liberation - 06:00)

                        
Internet et le tourisme forment un petit couple idéal, et pas forcément dans
une logique commerciale. Les sites personnels qui proposent des carnets de
voyage se développent depuis cinq ans. Melting-pot d'ego en mal de
reconnaissance ou source d'informations rares ? Le site d'Aventure du bout
du monde a en tout cas dépassé son record de fréquentation en juin avec plus
de 200 000 visites. Uniterre.com, le premier portail créé en 1999, regroupe
maintenant plus de 5 200 carnets de voyage et les deux créateurs du site,
Alexandre Mourot et Christelle Guénot, sont débordés par les nouvelles
demandes de référencement. «Aujourd'hui, il faut à peu près un mois avant
d'être mis en ligne, explique le webmaster. Les bons carnets sont placés en
tête, nous faisons une petite critique et les 2 000 visiteurs quotidiens
votent pour leurs préférés.» L'objectif est d'être exhaustif (227
destinations sont répertoriées) et les gestionnaires du site ne refusent que
les récits racistes ou à visée commerciale.
 

Soirées diapos. Tous les webmasters le disent : l'important est de garder un
esprit ouvert. Même si c'est à destination des seuls proches. Ceux qui
fatiguaient déjà leurs amis avec les soirées diapos interminables ont trouvé
de nouvelles victimes. Avec plus ou moins d'humour, à l'image du «routeux en
Croatie» (http://vivement.la.retraite.free.fr) : «J'ai bien conscience que
mon récit est très long et barbant. (...) Ces pages Web me servent aussi à
figer mes souvenirs avant que l'âge ne me joue des tours.»
 

Les carnets sont tout de même une mine d'informations pour qui prend le
temps de chercher. Aux photos de plage, se sont petit à petit substitués de
vrais récits documentés. Cécile, par exemple, a créé son site en 1998 pour
faire partager à sa famille et à ses amis son expérience d'étudiante
expatriée en Allemagne. Depuis un mois, l'histoire de son dernier voyage au
Vietnam est en ligne (sur le site d'Uniterre) avec horaires de train,
adresses de restaurant et bons plans. «Je me sers des carnets des autres
pour préparer mes voyages, raconte-t-elle. Avec les reportages photos, c'est
génial pour choisir une destination. Et puis, on peut dialoguer directement
avec ceux qui en reviennent.»
 

Les forums viennent compléter le dispositif avec un succès qui ne faiblit
pas. En moins de quarante-huit heures, sur les chats les plus fréquentés, on
peut obtenir conseils et réponses aux questions les plus précises. Bon
exemple sur Lonely Planet : si vous réveillez le douanier, un samedi matin,
à 11 heures, en passant la frontière entre l'Afrique du Sud et la Namibie,
vous vous exposez à une amende de dix euros pour «travail supplémentaire
d'un agent des douanes».
 

«Même boui-boui». Le carnet personnel s'oppose à la vision caricaturale du
tourisme de masse, mais il n'est cependant pas près de remplacer les bons
vieux guides. Certes, un jeune voyageur de retour d'Asie centrale, a trouvé
quelques adresses sympas sur Internet : «Au moins, par le biais des carnets
et des forums, vous ne risquez pas de retrouver votre voisin de palier au
fond du même boui-boui, plaisante-t-il. Mais le côté pratique reste quand
même limité.» Et si le Guide du routard met en ligne des carnets sur son
site, ils sont tous l'oeuvre de journalistes.
 

Ici, Benoît Crapponier, le responsable, refuse systématiquement les
classiques «souvenirs de vacances». Comme les autres professionnels, il
préfère mettre en avant la complémentarité avec leurs guides et autres
produits plus traditionnels. «L'optique est de prolonger le magazine du site
avec des histoires personnelles originales et qui apportent de
l'information», explique-t-il.
 

Même discours chez Lonely Planet qui sélectionne ses carnets. Lorsque ce
site reçoit un projet de voyage qui l'intéresse, il offre ses guides-papiers
à l'auteur, et assure la publicité du récit à venir. «Les carnets de route,
alimentés en direct, nous intéressent plus que les carnets de voyage rédigés
au retour», précise Christophe Corbel. Lonely Planet héberge par exemple le
site de deux jeunes aventuriers partis faire un tour du monde des cérémonies
de mariage (www.mtonmonde.com), ou celui de Sébastien et Virginie qui
s'apprêtent à partir à vélo faire des enregistrements audio pour aveugles et
malvoyants (http://www.visiontourdeterre.com). La concurrence est sévère
pour les «cyber-carnettistes» à la recherche de sponsors. Qui va leur
répondre ? «Nous sommes deux jeunes qui désirons réaliser un carnet de
voyage sur le Japon. Mais pour ça, il faudrait accessoirement qu'on aille au
Japon.»
 

Adresses de sites: www.abm.fr www.uniterre.com www.guideduroutard.com
www.lonelyplanet.fr («sur la route»)
 

 

 

Contact Registre d'Or   -  Enquête  -  Détente  -  WDC - Chat - Célibataires