Entretien avec un pro :  Syed Rais ul Hassan (Pakistan / Peshawar) - 15 Mai 200

 

 

 

 

Nous avons eu la chance de rencontrer Syed, responsable de l'organisation des mariages dans un grand hôtel de Peshawar. Autant vous dire que les traditions locales de la noce, c'est son grand dada.

Alors il nous en a appris un peu plus sur les us et coutumes des pachtounes, célèbre peuple de la région. On va essayer de résumer la multitude d'informations que nous avons recueilli. Plusieurs choses importantes à retenir :

- 90 % des mariages sont encore aujourd'hui arrangés par les familles. Ce ratio si important semble aussi se vérifier dans tout le reste du pays. A part pour certaines familles citadines assez évoluées, il est donc normal de se marier avec une inconnue que l'on découvre la première fois le jour de la noce. Nous en discuterons beaucoup avec tous les pakistanais que nous rencontrerons et ils nous ont expliqué qu'ils avaient fait confiance à leur maman (autorisée à voir la future épouse auparavant) : "Étant son fils, elle voulait une femme bien pour moi donc j'étais certain qu'elle allait bien choisir !!"

- La polygamie est autorisée et encore d'usage pour la génération actuelle des 35 / 40 ans. Elle est régit par la Charria.

- Il est d'usage de se fiancer 2 années avant le mariage

- L'âge moyen au mariage pour le garçon est de 25 ans et pour la fille de 20 ans

- Un mariage traditionnel dure 3 jours pour 3 fêtes différentes : traditions identiques à celles du mariage auquel nous avons assisté en Cappadoce (Turquie).

- On se doit d'inviter à son mariage toutes les personnes que l'on connaît aussi bien au niveau personnel que professionnel. Le chiffre peut donc grimper assez vite... jusqu'à 5000 personnes dans certains cas !

- Le coût d'un mariage est exorbitant. Offrir un repas fastueux à des centaines de convives revient à beaucoup d'argent car une bonne table doit contenir plusieurs viandes et du riz. Pour une idée, sachez que nous avons assisté à un mariage de 2000 personnes où 55 moutons ont été tués ainsi que 100 poulets et 2 bœufs. Cette cérémonie est donc aussi capitale pour assurer une certaine position sociale. Le gouvernement a même du intervenir en votant une loi pour éviter des gâchis lors de telles noces !

- Une tradition amusante : le marié ne peut prendre femme avant de remplir une condition importante : tirer au fusil sur une cible très éloigné. La tradition guerrière de ces peuplades se dessine donc par cet acte très pris au sérieux au point que le marié s'entraîne souvent auparavant. (On nous a rapporté qu'il est arrivé que la fête soit retardée de plus de 3 heures car le pauvre marié ne parvenait pas à dégommer cette satanée cible !!).

- On oubliait : les hommes et les femmes ne se mélangent pas lors de ces célébrations.

- Pas de tenue vestimentaire particulière pour les invités. On s'y rend avec ses habits de tous les jours !

- La virginité est le sacré saint sujet. Une femme non vierge ne peut évidemment être considérée comme respectable et ne pourra donc jamais se marier. Vous imaginez alors l'importance capitale du sujet. Ces choses là ne se parlent qu'à demi voix mais nous avons compris que certaines adolescentes ayant accidentellement perdus leur hymen se font opérer pour réparer l'incident. Des opérations malheureusement effectuées dans des conditions artisanales qui peuvent amener des conséquences dramatiques.

Voilà pour cet entretien. Un grand merci à Syed pour son accueil et sa disponibilité. On lui souhaite beaucoup de réussite dans ses noces !!