Saed et ??? (Jordanie / Désert de Wadi Rum) - 29 Avril 2004

Nous savions que la Jordanie était le territoire d'une grande communauté de nomades du désert : les célèbres bédouins. Basés dans le sud du pays, nous avons commencé à demander auprès de guides si un mariage aurait prochainement lieu. Coup de chance ! Plusieurs coups de téléphone nous indiqueront le lieu exact de la fête.

Avant toute chose, vous devez en savoir un peu plus sur ce peuple.

Aujourd'hui tous éparpillés entre différents pays du Proche Orient, le berceau des bédouins reste la Jordanie. Beaucoup d'entre eux se sont sédentarisés notamment sous l'initiative des gouvernements qui préfèrent avoir des populations localisables. Traditionnellement guerriers, ces nomades ont toujours été des soldats très reconnus. Laurence d'Arabie, le libérateur du joug colonial de la région, a mené les révoltes grâce au soutien de ces peuplades. Aujourd'hui encore, un bédouin se doit de passer par l'armée pour être reconnu par ses pairs comme un homme. Ensuite, il vivra de ses chameaux ou se lancera dans le négoce de la laine.

A propos du couple, nous avons noté plusieurs choses surprenantes :

- Un bédouin peut avoir plusieurs femmes car la réussite d'une vie se symbolise par de nombreux enfants et donc descendants.

- Il n'y a pas de contrat de mariage ni de déclaration officielle civile lors d'un mariage mais sont remplacés par la loi sociale du groupe dirigé par le cheik.

- Les mariages arrangés ont encore cours dans certaines familles.

- L'islam étant la religion de ce peuple, les rites se rapprochent de ce que nous avions déjà put observer.

Notre mariage eut lieu un jeudi soir. Tous les amis ainsi que la famille sont conviés pour partager un repas sous la tente. Celle-ci était incroyablement grande ; deux cents bédouins + deux français.
Pas une seule femme ! Une nouvelle fois, nous assisterons à un mariage sans pouvoir apercevoir la mariée.

On doit avouer qu'on s'y fait très bien. C'est finalement pas si mal de rester entre hommes. Des danses viriles, des blagues bien lourdingues, des accolades franches, pas de jacasseries... Très sympa.

On vous présente Saed, notre marié du jour. C'est d'ailleurs son premier mariage. Rappelons que si ça lui dit, il pourra épouser une deuxième femme.

Vous noterez au passage qu'il est vêtu de manière très occidentale alors que tout  le monde porte une sorte de djellaba d'une blancheur irréprochable.

On remercie Guillaume qui se débrouille très bien pour faire la mariée sur la photo.

Voici le classique garçon d'honneur accompagné d'un bon copain.

Il sera le seul habillé de tous les enfants. Bien mais pas pratique pour aller faire le zouave avec les autres. 

 

Guillaume et son bon copain.

Après seulement 15 minutes de papote gestuelle, ce bédouin chamelier proposera de lui offrir sa plus jeune chamelle contre ses chaussures.

 

La nuit vient de tomber. Certains se sont écartés pour prier, d'autres restent assis pour savourer un petit thé avant le repas.
Le frère du marié s'occupera de nous avec attention. L'hospitalité des gens du désert nous émerveillera une fois de plus.

 

Nous étions assis en face de ces deux cheiks. C'est quoi un )!!."chèque@/ ?

On dit un "cheik" et il s'agit de chefs importants. Ils ne sont pas élus mais automatiquement désignés dès que leur fortune personnel est estimé conséquente.

A quoi on voit que ce sont des cheiks ?

Par un surprenant jeu des coussins, on reconnaît si quelqu'un est important sous une tente s'il est assis avec un coussin.

Si vous remontez à la photo de Guillaume et de sons chamelier, vous verrez qu'il a été traité avec beaucoup de respect !!

Vient enfin l'heure du repas. Un délice de mouton accompagné de riz car le marié est riche. Le plat est très important car il reflète le statut social de la famille.

Comme il n'y a pas de couvert, c'est de la main droite (main pure) que l'on essaie de faire une boulette collante. Pas évident.

Une tradition amusante : pour prouver que son voisin est quelqu'un qu'on estime, on doit lui arracher des petits morceaux de viande de la carcasse et lui déposer juste sous ses yeux.

Les plus jeunes bédouins sont responsables du thé, seule boisson de la fête.
... et c'est ainsi que se termine le mariage... vautrés dans les coussins avec un thé délicieusement parfumé pendant que certains tirent en l'air avec leurs mitraillettes.

Les bédouins sont des guerriers qui sont aujourd'hui toujours très armés par tradition... mais ces choses là ne se prennent pas en photo...