Basheer - ??? (Syrie / Damas ) -  15  avril 2004

"On l'a pas volé"

Avant de vous présenter nos deux tourtereaux du jour, il convient de vous démontrer à quel point nous leur sommes reconnaissants. Notre recherche de mariage en Syrie a été bien plus éprouvant qu'un entraînement de légionnaires. Pas moins de 5 autres couples ont été en lice jusqu'à la dernière seconde pour présider ce carnet.

Parlons tout d'abord de ce mariage bédouin à Palmyre. Après quelques heures d'investigations, nous rencontrons un homme connaissant bien les bédouins (nomades du désert) et qui se renseigne et nous trouve une noce à une 5Oaine de km de là. Génial ! Il nous explique que c'est la période idéale car les bédouins viennent de tondre leurs moutons et vendent le lait de chamelle à bon prix ce qui a pour conséquence qu'ils sont pleins aux as pour organiser un mariage. Belle opportunité que nous rêvions de saisir, nous abordons les détails techniques avec notre homme. il nous réclame une grosse commission pour nous y emmener ... Un peu surpris, nous tentons de négocier. Fatale erreur ! Monsieur prendra la mouche et ne nous y emmènera plus jamais.

Déçus, nous cherchons ailleurs. Quelques jours plus tard, nous entendons parler d'un mariage gipsy. Là encore, la belle aubaine qui tombera finalement à l'eau car le mariage était un peu trop près de la frontière iraquienne à notre goût.

Un soir où nous jouons aux cartes sur une petite terrasse tranquille, un convoi de de voitures klaxonnant fiévreusement passe devant nous. Nous jetons un billet pour l'addition, et sautons dans un taxi comme dans les mauvais films en hurlant : "Follow this car !!!" Après 25 minutes de ballade dans toute la ville, nous arrivons enfin devant la maison où les mariés s'enferment à double tour dans une des chambres selon la tradition. Impossible de les voir. Nous discutons donc avec le frère qui nous invite pour le lendemain ; "la fête continuera". C'était plutôt calme le lendemain. Résignés, nous filons alors vers Damas, persuadés que la chance ne peut que tourner.

Nous y verrons deux mariages très différents et donc très intéressants mais on nous interdit de prendre des photos, Islam oblige. Voilà enfin un homme qui accepte et nous le remercions donc du fond du cœur.

 

"Ou sont les femmes ???" Tout comme Patrick Juvet, nous nous étonnons de constater que le public de ce mariage est exclusivement masculin. Exclusivement, oui, oui, nous ne pourrons pas nous étendre sur le charme dévastateur de la mariée, nous ne l'avons pas vue... 

Plus sérieusement, lors d'un mariage traditionnel en Syrie, les hommes et les femmes fêtent l'évènement chacun de leur côté. 

 

Sur le devant de la scène, un groupe de musiciens amuse la galerie entre les différentes prières récitées par l'Imam qui célèbrera l'union entre le marié et le père de la mariée. 

C'est assez surprenant mais la future madame n'est pas présente pour son mariage mais se fait représenter par son papa qui décidera à sa place pour le "OUI" d'engagement.

 

De la crème, de la crème et encore de la crème...

Isham, le plus jeune homme de toute l'assemblée prend son rôle de garçon d'honneur très à cœur. 

"Avec leurs gestes de plein de charmes...." Et non Patrick, on a bien cherché et pourtant...

Déjà venu le moment des adieux. Le mariage ne durera que 2 heures environ, les invités ne sont pas vraiment impliqués dans le déroulement du mariage. Quelques verres de jus de mangue, des gâteaux crémeux, les félicitations au marié et le tour est joué.

Guillaume prend le rôle de la femme pour la circonstance, nous remercions Basheer, notre marié du jour, pour son accueil chaleureux et sa simplicité.