Bishnu et Melita (Népal / Kathmandu) - 24 Juin 2004

L'hindouisme, ou la frontière toute proche, font du Népal un pays culturellement très similaire à l'Inde. Nous retrouvons de nouveau le système des castes qui régit l'ensemble de la vie sociale d'un individu. Dans ce contexte, nous voilà dans un pays où plus de 90 % des mariages sont arrangés par les familles.

Cette situation tend à changer, très doucement. La télévision est sûrement un outil d'ouverture très conséquent qui fait évoluer certains raisonnements. Cependant, nous avons discuté avec plusieurs jeunes népalais et les opinions semblent bien partagées. Alors que certains prônent une libéralisation des rencontres, d'autres revendiquent le système établi.

Nous savions que Kathmandu regorgeait de discothèques. Pas mécontents de retrouver cet élément de notre culture, nous y avons rôdé plusieurs soirs. Les népalaises sont-elles mignonnes ? Impossible de vous dire : les filles ne doivent jamais rentrer à la maison après le coucher du soleil !! Ce ne sera donc pas par là que les népalais rencontreront leur dulcinée...

Très drôle une boîte uniquement remplie de bonhommes. Ambiance chaleureuse.

Mais revenons au mariage népalais. Évènement le plus important de la vie d'une jeune femme, la coutume exige qu'elle apporte un Daijo (dot : biens ou argent) à son arrivée dans son foyer conjugal. Des histoires de jeunes mariées assassinées car n'ayant pas apporté le montant requis sont bien malheureusement très courantes.

Bien que la parité fasse partie de la constitution, on peut constater une position de la femme assez surprenante. Alors qu'un homme peut se remarier lorsque sa femme devient folle, ne lui apporte pas d'enfant, devient boiteuse ou aveugle... la femme, elle, doit rester avec son mari quelles que soient les circonstances. L'idée sous-jacente est que si une femme ne peut plus travailler, elle ne peut plus être une digne épouse. A la mort de sa femme, un homme peut épouser sa belle-sœur, l'inverse ne se vérifiant pas du tout.

Enfin, vous saviez que le pays était composé de différentes ethnies. Mais connaissiez-vous la petite particularité de la communauté Humla ? Elle est fervente de la polyandrie. Définition du Larousse : mariage d'une femme à plusieurs hommes ; en opposition à la polygamie. Une condition doit être remplie : les maris ne peuvent être que frères ! La polyandrie est une forme de couple assez classique chez les Tibétains. On vous en parlera donc un peu plus tard.

Pour l'instant, concentrons-nous sur ce beau mariage de Kathmandu (sans hippies).

Une particularité : la cérémonie se déroule tôt le matin. Autant vous dire que nous y sommes allé en baillant et les méninges encore abîmées par une soirée mouvementée la veille. Rendez-vous est donc pris à 8 heures dans un parc de la ville où l'on a dressé une tente.

Notre couple appartient à la caste la plus élevée de la société népalaise. Concrètement, cela signifie que le mariage va être célébré dans le respect des traditions et que l'argent sera dépensé sans compter. Allons voir ça de plus prêt (et arrêtons de bailler !). Cliquez voir sur les liens suivants :

FAITS .... et...

.... GESTES