Jainendra et Venita (Inde / Benares) -  7 juin 2004

La promesse que l'Inde serait le pays le plus riche en traditions nuptiales se vérifie. Vous allez découvrir dans ce carnet à quel point cette célébration est complexe. Plus d'une centaine de gestes sacrés doivent être accomplis pour bénir un couple...

Grâce à un long entretien avec un prêtre, nous avons pu comprendre quelques détails de ce fabuleux rituel. La plupart des invités ne connaissent pas la signification de tous ces gestes ; nous sommes donc gâtés d'avoir eu ces explications. Comme nous vous disions dans le carnet précédent, le rôle des prêtres est majeur car ils sont les seuls à connaître ces gestes et leurs symboles. Ce sont d'ailleurs des prêtres qui sont spécialisés dans le mariage, des prêtres que l'on ne croise jamais dans les temples, des prêtres qui ont étudié cette célébration pendant plusieurs années avant d'officier.

Mais nous sommes bavards. Laissons les images parler d'elles-mêmes. Nous en avons sélectionné quelques unes parmi les centaines prises...

Un peu de silence... Nous vous remercions...

Entrons maintenant au cœur du "Vibah Mandap", le centre de la maison où le couple va être béni. Seuls les très proches peuvent assister à cette consécration... Une longue cérémonie de plusieurs heures pour attirer sur le couple divers bienfaits : fécondité, longévité, douceur de vivre, ...

BIENVENUE DANS LE "SAINT DES SAINT"...

Nous sommes donc dans la pièce centrale de la maison de la mariée. Tour à tour, les mariés sont appelés et rentrent dans cette pièce un peu étroite.

Remarquez le plateau en face du prêtre : épices, poudres sacrées, encens, fleurs, eau bénite...

La femme arrive à son tour. Elle porte un sari rouge et un voile qui lui couvre entièrement son visage. Impossible de voir quoi que ce soit.

Belle ? 

On place alors un biscuit sur leurs mains réunies avant d'y verser de l'eau du Gange.

La cérémonie peut débuter ; ce symbole démontre que deux êtres souhaitent s'unir. 

Les mariés sont maintenant côte à côte.

Des guirlandes cachent le visage de l'homme. Pas trop d'explication la dessus. 

Les époux placent leurs pieds au bord d'un plateau.

On bénit un couple en leur caressant les pieds à l'aide d'eau sainte.

Les femmes apportent ensuite des offrandes. Elles viennent toutes avec des ustensiles de cuisine... Accessoires primordiaux pour le foyer indien.
... et bénissent ensuite les mariés.

 

Un zoom permettrait de voir que ces fameux pieds sont maquillés au henné. Peut-être bientôt chez L'Oréal.

Alors que d'habitude les indiennes jouent nonchalamment avec leurs voiles en le mettant et le faisant glisser en permanence, elles semblent très sérieuses ce soir là.

Hors de question de laisser apparaître son visage ; pourtant bien à notre goût... si belles ces indiennes !!

Les prêtres versent ensuite du riz sur les mains des tourtereaux. On symbolise ici la fidélité.  
Puis le couple doit tourner 7 fois autour d'un feu (il est tout petit mais bien là !).

N'allez pas croire qu'ils tournent en rond, ils énoncent leur vœux :

- Ce que le mari apporte à la femme, il ne pourra jamais le reprendre.

- Ne pas entraver l'entrain religieux de chacun.

- Pour le meilleur et pour le pire.

- Demander l'autorisation d'un prêtre pour se lancer dans les affaires.

- L'homme ne doit plus regarder les autres femmes.

- Ne plus boire d'alcool.

- Le mari a le droit de découcher pour des fêtes spéciales. 

Une femme vient donner les derniers conseils à la jeune mariée. Comme personne n'a le droit de la voir, on les glisse sous un drap blanc. 
Point final de la cérémonie, le mari prend la femme en lui mettant de la poudre à la racine des cheveux, toujours à l'abri des regards indiscrets.

Par ce geste, ils sont mariés.

Le couple est ensuite emmené dans une pièce où ils passeront la nuit ensemble.

Juste avant de les quitter, nous obtenons une autorisation spéciale pour voir la mariée. Le couple est alors disposé en face d'un mur dans une pièce où seules les femmes sont admises.

Nous sommes donc 3 hommes à avoir vu cette femme ce jour là... Frissons.

Merci à vous deux et bonne route !