Nasim et Aïda (Pakistan / Lahore) -  22-23 mai 2004 

Parlons maintenant de la célébration. Unir un couple est ici une suite de gestes que l'on devine vieux de plusieurs siècles.

On vous laisse découvrir les photos qui vous permettront d'imaginer la magie de ce à quoi nous avons assisté...

Au deuxième jour de mariage, les mariés sont enfin réunis. Ils ne se connaissaient pas auparavant et se découvrent donc devant toute l'assemblée.

En réalité, la femme doit baisser les yeux... elle ne découvre donc, pour l'instant, que les pieds de son futur époux.

Au fait, la robe est rouge. Non, non ... elle n'est pas blanche mais rouge.

On était pressé de vous montrer les deux tourtereaux, mais sachez que juste avant de les réunir, les femmes avaient apporté les poudres de Henné pour la future épouse.

On rappelle que le rituel du Henné consiste à dessiner des formes drôlement chouettes sur les mains ainsi que les avant-bras de la jeune femme (c'est l'ancêtre de l'ancre tatouée sur le biceps).

Revenons à notre célébration. Qui va unir le couple ? Raté, ce n'est pas un prêtre. Ce doit être une femme déjà mariée qui a des enfants et une vie heureuse. Dans notre cas, c'est la grande sœur de la mariée.

Elle apporte une tasse remplie de lait et de petits morceaux de biscuits.

S'agenouillant devant le marié, elle doit lui faire boire un peu de ce breuvage. (On a goûté, ça ressemble à des corn flakes moyennement frais)
Une fois la potion avalée, le marié entame alors une longue négociation avec la sœur pour fixer le prix de sa future femme. Finalement, il l'achètera pour 2000 roupies ce qui équivaut à peu près à 35 euros.

La célébration est ainsi achevée. Le couple est uni et tout le monde s'en va chez soi, la grosse larme bleue roulant sur la joue rose.